Accueil/Thématiques/Approche écosystémique / Cadre de référence

Zoom sur

Approche écosystémique

En réponse au besoin d’outils pour faciliter l'exercice collectif de planification des regroupements locaux de partenaires (RLP), Avenir d’enfants a adapté et diffusé, en 2012, les principes, la démarche et les outils de l’approche écosystémique, inspirés de l'expérience du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)1.

Les démarches collectives de planification autour du développement optimal des jeunes enfants et l’expérience partenariale de plusieurs RLP ont été enrichies au contact de cette approche qui met en scène trois acteurs principaux : l’enfant, sa famille et la communauté. Chacun d’eux a ses propres caractéristiques et évolue dans des contextes spécifiques. Le dynamisme de l’approche écosystémique réside dans l’interinfluence qui existe entre chacun de ces acteurs.

Des systèmes à prendre en compte dans les réflexions et l’action 

L’approche écologique du développement humain proposée par Uri Bronfenbrenner2 dans les années 1970 est déjà bien connue. Elle est notamment au cœur du programme éducatif des services de garde du Québec et guide aussi l’action dans le domaine psychosocial depuis plusieurs années.

Cette approche permet de placer systématiquement l’enfant au centre des préoccupations et de viser l’amélioration de son bien-être et de sa qualité de vie.

Un système est un ensemble d'éléments interdépendants qui forment un tout isolable.

Afin d’accompagner les réflexions des RLP, Avenir d’enfants a choisi d’adapter le modèle écologique et de prioriser trois systèmes, qui seront pris en compte dans un plan d’action concerté.

Les trois systèmes retenus par Avenir d'enfants sont:

  • L’ENFANT, dans toutes les dimensions de son développement avec ses habiletés, ses forces et ses défis.
  • La FAMILLE, que constituent les parents, la fratrie, les grands-parents de même que les contextes personnels et professionnels dans lesquels ils évoluent.
  • La COMMUNAUTÉ, par sa capacité à mettre en place des environnements politiques, sociaux, culturels et physiques favorables au bien-être des jeunes enfants et de leurs familles.

L'approche écosystémique permet de jeter un regard sur l’ensemble des contextes qui peuvent influencer le développement d’un enfant et, parallèlement, mener des actions sur plusieurs systèmes afin d’augmenter les possibilités d’atteindre les objectifs du plan d'action concerté.

« L’approche écosystémique a permis d’élargir la vision du regroupement à l’égard de la petite enfance. On ne peut pas travailler uniquement sur l’enfant, il faut également tenir compte des parents et de la communauté. Cela a mené, par exemple, le regroupement à aborder la problématique de l’accessibilité et du transport pour les parents. »

-Témoignage d’un partenaire d'un RLP

 

Des facteurs de protection pour guider l’action

Les facteurs de protection sont des éléments qui influencent positivement l'évolution d'une situation. Plus ils sont présents dans la vie d’un enfant, plus cet enfant augmente ses chances de se développer à son plein potentiel et de suivre une trajectoire de vie positive.

Les 10 facteurs de protection retenus par Avenir d'enfants ont tous, à différents degrés, une influence sur une entrée scolaire réussie. Ils viennent appuyer la démarche partenariale écosystémique en renforçant positivement la capacité d’agir de chacun des systèmes.

Le fait de prendre en considération les facteurs de protection permet aussi de :

  • miser sur la résilience et le renforcement des capacités des acteurs des trois systèmes;
  • développer un langage commun entre les partenaires;
  • prioriser les éléments qui ont un effet sur le développement de l’enfant;
  • contrebalancer l’effet des facteurs de risque en favorisant le cumul des facteurs de protection.

L’interinfluence qui existe entre les différents systèmes et entre chacun des facteurs de protection justifie à elle seule le fait de porter un regard sur chacun d’eux.

Les deux exemples suivants illustrent bien cette influence réciproque :

Exemple 1
Lorsqu'une communauté travaille sur l’environnement physique et social du quartier en améliorant, par exemple, les espaces verts et les terrains de jeux, elle peut déjà prévoir un effet collatéral sur les pratiques parentales et le développement des enfants dans chacune de ses dimensions. En fréquentant des lieux mieux adaptés aux familles, les parents sont en contact avec d’autres parents. Ils peuvent échanger informellement sur leur rôle et leurs pratiques respectives et ainsi modifier, à la lumière des nouvelles connaissances, leurs façons de faire. Cela aura aussi une influence sur les habiletés sociales et affectives, les compétences physiques et saines habitudes de vie ou toute autre dimension du développement de leurs enfants.

Exemple 2
Lorsqu’une communauté met en œuvre des actions qui permettent de développer les attitudes parentales positives par rapport à la lecture et à l’écriture, les effets se feront sentir dans les pratiques parentales, dans les habiletés de communication orale et écrite de l’enfant autant que dans ses compétences cognitives. Si la mobilisation à l’égard de la petite enfance est au rendez-vous et que les services proposés par la communauté sont de qualité, les effets auprès des enfants seront multipliés.

 

Notes

1. Projets de partenariats école-famille-communauté, Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ).
2. Bronfenbrenner, U. (1979). The Ecology of Human Development: Experiments by Nature and Design. Cambridge, MA.