Accueil/Thématiques/Transition scolaire / Regard sur les actions des regroupements locaux de partenaires

Zoom sur

Transition scolaire

Transition scolaire (3 de 3)

Différentes actions visant la période de transition scolaire sont mises en place à travers le Québec pour faciliter ce processus. Elles sont organisées par différents partenaires et s’adressent à des publics précis. Ces actions s’adaptent aux réalités identifiées dans une municipalité ou dans une MRC, ce qui explique la diversité des acteurs impliqués et des activités proposées dans l’ensemble de la province.

Une analyse des actions en transition scolaire a permis d’observer qu’elles sont généralement menées par des comités formés d’intervenants issus de différents réseaux engagés dans la communauté :

  • Réseau des services de garde
  • Réseau scolaire
  • Réseaux communautaires
  • Réseaux de la santé et des services sociaux
  • Réseau municipal

Cette analyse a aussi fait ressortir le fait que les enfants sont spécifiquement visés par les actions en transition scolaire, mais aussi tous les acteurs en lien avec eux durant cette période soit :

  • les membres de sa famille;
  • les membres du personnel des services de garde à la petite enfance;
  • les enseignants et les directions d’école;
  • les membres du personnel des services de garde scolaire;
  • les professionnels et spécialistes du réseau de l’éducation, de la santé et des services sociaux.

Les principaux objectifs des actions en transition scolaire

La forme que prennent ces actions et les acteurs qui contribuent à leur mise en œuvre sont variés. L’analyse réalisée a permis de faire ressortir trois grands objectifs sous lesquels s’inscrivent les actions mises en œuvre localement.

Objectif 1. Améliorer la collaboration entre les intervenants des organisations concernées par la première transition scolaire

Le développement d’une vision commune de la transition scolaire entre les différents réseaux de partenaires œuvrant sur un même territoire et l’importance de la collaboration à établir entre eux sont deux éléments au cœur de ce premier objectif. Pour concrétiser ces intentions, les partenaires mettent en place les types d’actions suivantes :  

  • des colloques;
  • des formations pour les intervenants;
  • des rencontres entre les écoles et les intervenants en petite enfance;
  • des ententes de collaboration entre commission scolaire et service de garde;
  • des guides ou des cadres de référence invitant à la réflexion.
 

 

Des partenaires de Trois-Rivières en Action et en Santé (Comité 0-5ans) ont élaboré un Guide à l’intention du personnel éducateur et du personnel enseignant à la maternelle

 

Objectif 2. Intégrer la famille de l’enfant dans la démarche de transition

La reconnaissance des parents comme premiers éducateurs de l’enfant amène les partenaires à leur accorder une place importante dans le processus de transition vers l’école. Ils considèrent également le stress qu’ils vivent pour les soutenir dans l’accompagnement de leur enfant.  

L’intention d’intégrer les parents dans la démarche de transition mène à la mise en place d’ateliers d'information et de visites de l’école; à la conception et la diffusion d’outils d’information tels des guides, des infolettres, des jeux de carte, des napperons; à l’utilisation d’outils reflétant le portrait de l’enfant.  Les parents sont aussi conviés à contribuer à l’évaluation des activités auxquelles ils ont participé, dans le but de faire les ajustements nécessaires et aider à améliorer les stratégies qui les concernent.

 

 

Des partenaires de 200 portes HM ont développé des outils pour préparer l'entrée à la maternelle: La maternelle, un grand départ pour un grand voyage! 

  

 

Des partenaires de la MRC des Sources ont réalisé un napperon pour faciliter le chemin vers la maternelle, pour les parents et les enfants de 4 ans.

 

 

 

 

 

 

Objectif 3. Exposer l’enfant à des expériences qui faciliteront son intégration à l’école

Certaines actions donnent aux enfants l’occasion de se familiariser avec l’environnement et les routines qui seront présentes dans le cadre scolaire. Ces actions permettent de consolider le développement de l’enfant dans les dimensions langagière, sociale et affective plus spécifiquement. Certaines d’entre elles  permettent aussi de détecter les besoins particuliers de certains enfants en amont de la rentrée scolaire, notamment pour ceux qui ne fréquentaient pas un service de garde.

Des visites de l’école, des fêtes dans la cour d’école, des sacs à dos éducatifs, des ateliers pour les enfants ou des camps préparatoires font parties des projets mis en œuvre dans différentes communautés.

 

Les partenaires pour la petite enfance de la MRC des Sources ont réalisé une capsule vidéo Une journée à la maternelle.

 

Des apprentissages issus de rapports d’évaluation

Au fil des années, plusieurs actions en lien avec la transition scolaire ont fait l’objet d’une évaluation. L’analyse transversale des rapports qui en découlent a fait ressortir six grandes préoccupations partagées par plusieurs regroupements locaux de partenaires et certains apprentissages ont pu en être tirés.

 

Préoccupations

 Apprentissages

La considération du sentiment de pression perçu par les familles

 

Plusieurs parents appréhendent les changements qui seront vécus par leur enfant à l’école. Ils ne se retrouvent pas à travers toute l’information reçue en amont de la rentrée scolaire, qui émane souvent de sources différentes et sont plus ou moins cohérentes. 

La notion « d’arriver prêt » à l’école fait aussi l’objet d’une source d’inquiétude chez les parents.

Les activités de transition doivent permettre d’atténuer le stress des familles face à l’entrée scolaire.

L’attention portée aux familles en situation de défavorisation

Quelques rapports d’évaluation portent sur des actions menées spécifiquement dans les milieux considérés comme défavorisés. L’intention de ces actions est de joindre les enfants avant le début des classes et de mettre en place une intervention personnalisée, en considérant leurs forces et leurs défis, pour faciliter l’entrée à la maternelle. Les actions planifiées ne touchent pas seulement les besoins spécifiques en lien avec la transition scolaire, mais s’arriment à d’autres dimensions de la situation socioéconomique de la famille ou du développement de l’enfant. Le travail d’équipe et la collaboration entre les écoles et les organismes communautaires sont à la base de la réussite de ce type d’action.

La prise en compte des enfants ayant des besoins particuliers

Plusieurs regroupements soulèvent le défi d’identifier et d’inclure les enfants à besoins particuliers dans les activités de soutien à la transition scolaire. Certaines activités ont d’abord une fonction de détection pour les enfants qui n’ont pas fréquenté de service éducatif avant l’entrée à l’école.

Il ressort toutefois que l’adaptation des activités aux défis particuliers de certains enfants est un enjeu dans plusieurs milieux

Les organisations devraient convenir d’une approche appréciative des forces des enfants et des familles, basée sur l’ouverture et l’établissement de liens de confiance.

Les défis liés à l’utilisation des outils de passage à l’école

Plusieurs milieux utilisent un outil de passage à l’école. Des enseignants s’en servent pour mieux équilibrer les groupes, pour amorcer la communication avec les parents ou pour mettre en place plus rapidement un suivi auprès des enfants à besoins particuliers. En contrepartie, ce genre d’outil n’est pas toujours adapté pour les enfants présentant des besoins particuliers.

Dans certains cas, des parents craignent que ces portraits contribuent à étiqueter leur enfant.

Pour être plus efficace, l’outil de passage doit être intégré à une démarche collective qui permet aux intervenants d’échanger sur son format, ses contenus, les objectifs et les résultats de son utilisation.

Les forces et les limites des camps préparatoires à l’école

Ce type d’activité s’inscrit souvent dans une démarche plus large et porte une attention particulière aux enfants qui n’ont pas fréquenté un milieu de garde. Ils permettent de poser les bases de l’implication des parents dans le parcours scolaire de l’enfant. Le travail d’équipe et la collaboration entre les écoles et les organismes communautaires sont à la base de la réussite de ce type d’action.

Par contre, il y a une complexité dans le processus de recrutement des enfants, qui demande l’implication de plusieurs acteurs et qui nécessite que tous soient familiers avec les objectifs de l’intervention. De plus, on retrouve plusieurs freins à la participation des enfants ayant des besoins plus spécifiques.

La nécessité du travail en partenariat

Dans le cadre de la concertation, les acteurs ont la possibilité de s’entendre sur une vision commune et sur les valeurs qui guideront l’intervention, en plus de se partager les rôles et les responsabilités.

Pour que des intervenants issus de différents milieux puissent participer à des interventions ou à la coordination d’activités, il apparaît important que la transition scolaire et les enjeux qui en découlent soient reconnus parmi les priorités des organisations.

Afin de concrétiser les collaborations, des pratiques de coconstruction sont nécessaires.