Accueil/Thématiques/Accompagnement d’un collectif de partenaires / Les apprentissages issus de la pratique

Zoom sur

Accompagnement d’un collectif de partenaires

«La pratique réflexive est une démarche qui amène l’apprenant à devenir objet de sa propre réflexion afin de prendre des décisions sur les actions en cours et à venir.»

Callero 2003; Etherington, 2007


«L’accompagnateur doit être bien intentionné (savoir-être), être bien informé (savoir) et être en mesure de poser les actions nécessaires (savoir-faire)1.»

La CSSSPNQL

Les conditions d’un accompagnement significatif

À l’aide d’un projet de récits de pratique, Avenir d’enfants a souhaité documenter et mieux comprendre «comment se réalise l’accompagnement en situations complexes de travail collectif intersectoriel».

Sur la base de l’expérience des agents d’accompagnement, ce projet a été mené entre janvier 2016 et février 2018 et a permis de systématiser les connaissances à l’égard des pratiques d’accompagnement développées par Avenir d’enfants. La méthodologie utilisée impliquait plusieurs étapes : la coproduction des récits à partir d’entrevues semi-dirigées auprès des agents d’accompagnement; l’analyse thématique des données; la validation des résultats, et la formulation de recommandations.

Les résultats issus de ces récits de pratique ont permis de dégager trois constats principaux.

Pour offrir un accompagnement significatif qui entraîne des changements durables en contexte complexe de travail collectif intersectoriel, il faut prévoir du temps, une structure de soutien souple, ouverte et adaptable et de l’expertise.

  • Le temps
    Respecter le rythme du milieu est un principe de base. Pour arriver à des changements durables, il faut d’abord bâtir un lien de confiance entre le milieu et l’agent qui doit faire preuve de transparence et faciliter la circulation de l’information entre les partenaires et l’organisation. Tout cela prend du temps, une grande capacité d’écoute et une bonne lecture des milieux.
  • La structure de soutien
    Pour qu’un changement soit durable dans un milieu, certains éléments liés à l’accompagnement sont essentiels; par exemple offrir un accompagnement pour une durée suffisante; prévoir une fonction de coordination pour faciliter la mobilisation, et maintenir avec les milieux une communication ouverte et constante. La structure de soutien mise en place se caractérise par un équilibre entre la souplesse et la rigueur des processus, ainsi que par l’ouverture et la capacité d’adaptation.
  • L’expertise
    L’agent d’accompagnement soutient le travail collectif et l’expertise déjà en place. Il doit activer une panoplie de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être, en les combinant avec une variété de fonctions d’accompagnement, dont l’intensité varie selon les contextes. Il possède et développe une expertise sur les processus collectifs, en plus d’être un généraliste sur les questions de contenus. Il peut faire appel à des spécialistes de contenus et autres ressources lorsque nécessaire. Par conséquent, une organisation qui veut soutenir le travail collectif intersectoriel doit s’assurer de faire appel à des professionnels disposant de cette expertise. Elle doit aussi créer des espaces d’échanges et de renforcement des pratiques entre pairs, par exemple sous forme de coaching, de codéveloppement, de formation, de mentorat.

Savoirs, savoir-faire et savoir-être mobilisés par les agents d’accompagnement d’Avenir d’enfants

Savoirs
(Connaissance)

  • Maîtriser les connaissances sur le travail collectif, selon l’approche de développement des communautés (animation de groupes, planification stratégique, gouvernance, gestion financière et ressources humaines, etc.).
  • Maîtriser l’utilisation des outils de travail (guides d’animation, grilles, gabarits, etc.) et les processus administratifs.
  • Développer une connaissance de la communauté (savoir reconnaître les besoins, les enjeux, les forces des partenaires en lien avec les processus en cours).
  • Identifier les connaissances spécifiques pertinentes (sur la petite enfance, la défavorisation, le développement global, l’évaluation).

Savoir-être
(Aptitudes et valeurs de la personne)

  • Faire preuve d’ouverture et de respect aux autres et à leurs contextes.
  • Faire preuve d’intégrité (agir en concordance avec les valeurs organisationnelles et transmettre les informations pertinentes).
  • Faire preuve d’humilité (ne pas se mettre à l’avant-plan, favoriser l’appropriation des idées par les partenaires, travailler dans l’ombre).
  • Maîtriser le lâcher-prise (reconnaître les limites de l’accompagnement et de l’emprise sur les avancées du travail collectif).
  • Être à l’aise dans l’incertitude, l’ambiguïté, en contexte de changement.
  • Être confiant envers soi-même et le groupe.
  • Être patient (prendre le temps de bâtir les liens et les projets).

Savoir-faire
(Compétences et aptitudes techniques, professionnelles)

  • Créer le lien de confiance avec la coordination, le groupe et la communauté.
  • Être à l’écoute du groupe.
  • Faire la lecture du groupe en continu (analyse de la situation, veille observation).
  • Faire preuve d’habiletés « politiques » (savoir jauger les situations complexes, anticiper le résultat d’une intervention, naviguer dans les conflits, déconstruire des préjugés qui nuisent à la concertation).
  • Avoir une réflexivité sur sa pratique (partager avec les pairs, coconstruire la pratique).

Les conditions de succès pour les agents d’accompagnement

«On dit qu’on est des agents d’accompagnement, mais nous sommes des agents qui accompagnons le changement. Il faut avoir une grande capacité d’adaptation à ce qui est en train de se passer dans le groupe, écouter et moduler son approche.»

Répondant RePA

Les récits de pratiques en accompagnement (RePA) ont permis de mettre en lumière plusieurs conditions de succès pour que les agents d’accompagnement remplissent leur mission:

  • Reconnaître les limites inhérentes à l’accompagnement : emprise restreinte sur les décisions prises dans les milieux, enjeux éthiques liés à la dualité du rôle d’agent d’accompagnement et de représentant d’institution ou de bailleur de fonds.
  • Privilégier des contributions sous forme de questions, d’informations, d’idées ou de suggestions, dans le cadre du soutien offert au regroupement, à l’instance, au partenariat.
  • Développer sa capacité à utiliser efficacement sa double affiliation pour faciliter à la fois le travail collectif auprès du collectif et la compréhension de réalités locales auprès de son organisation. (La crédibilité et la légitimité de l’agent d’accompagnement dépendent grandement de l’efficacité de son apport aux travaux intersectoriels.)

L’expérience d’Avenir d’enfants : les avantages et les limites de l’accompagnement

Au-delà des conditions de succès identifiées ci-dessus, les récits de pratiques faits auprès des agents d’Avenir d’enfants ont fait ressortir les avantages et limites de cet accompagnement avec ses spécificités. L’accompagnement d’Avenir d’enfants étant hautement caractérisé par la double affiliation de l’agent d’accompagnement face au terrain et au bailleur de fonds (une ressource en soutien auprès d’un regroupement de partenaires et, en même temps, un représentant de l’organisation), cela donne lieu à des particularités autant positives que parfois contraignantes. 

 

Pour l'agent d'accompagnement

Avantages

  • Faciliter les travaux collectifs, grâce à ses connaissances approfondies des processus administratifs et du fonctionnement du bailleur de fonds.
  • Favoriser les processus de mobilisation des communautés grâce à ses connaissances en travail collectif et en partenariats.
  • Transmettre à l’organisation une connaissance des forces et des enjeux du terrain grâce à sa proximité avec la communauté.
  • Pouvoir incarner, dans sa pratique, une posture d’accompagnement basée sur la transparence, l’intégrité et l’ouverture par la déontologie professionnelle mise de l’avant.
  • Mettre à profit divers soutiens (spécialisés) disponibles dans les équipes de l’organisation.
  • Offrir un soutien régulier et de proximité à la communauté.

Limites

  • Composer avec l’ambivalence du rôle d’agent d’accompagnement (basé sur la relation de confiance) et de représentant du bailleur de fonds (induisant une relation de pouvoir).
  • Composer avec des enjeux de nature éthique découlant de l’ambivalence entre la relation de confiance (agent d’accompagnement) et la reddition des comptes (bailleur de fonds) (confidentialité des informations privilégiées, nature des informations transmises à l’organisation).
  • Composer avec les (éventuelles) réticences et les réactions négatives des partenaires, surtout dans des circonstances de refus de la subvention ou de diminution de l’octroi.
  • Être parfois surchargé d’informations et de suivis à « relayer » entre l’organisation et le terrain.
  • Composer avec l’isolement des professionnels qui travaillent dans des régions éloignées. 

 

Pour l’organisation

Avantages

  • Bénéficier d’une compréhension, d’une lecture fine des enjeux et des opportunités des milieux.
  • Favoriser la flexibilité et la modulation des processus administratifs en fonction des réalités locales pour joindre les communautés ciblées.

Limites

  • Concilier les intérêts parfois divergents entre l’organisation et le terrain.
  • Trouver l’équilibre entre la souplesse et la rigueur des procédures administratives (rendre explicites les exigences).

 

Pour le milieu

Avantage

  • Bénéficier d’un levier pour le travail collectif intersectoriel permettant de consolider ou soutenir son pouvoir d’agir par la reconnaissance et la valorisation de la capacité de gestion collective et d’agir en prévention.

Limite

  • Bénéficier d’un soutien limité par la durée et autres restrictions (financières, administratives, etc.). 

L’expérience de la CSSSPNQL: des constats et des apprentissages

La Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL) a publié une synthèse du rapport final de l'évaluation des effets de son Entente avec Avenir d'enfants.

Dans le cadre de ce partenariat entre Avenir d'enfants et la CSSSPNQL, 25 communautés des Premières Nations ont bénéficié d'un accompagnement et d'un financement. Les effets ou « changements » auxquels cette Entente a contribué en lien avec la mobilisation communautaire, la prévention dans le domaine de la petite enfance, le renforcement des capacités en matière d'accompagnement au sein de la CSSSPNQL ainsi que d'autres effets non attendus en début d'évaluation sont présentés dans la synthèse du rapport d'évaluation.

On y retrouve les principaux apprentissages, les ingrédients essentiels à la réalisation de projets communautaires dans le contexte des Premières Nations ainsi que des recommandations utiles à la réalisation et au soutien de projets semblables.

 

Pour aller plus loin

Évaluation des effets de l’entente entre la CSSSPNQL et Avenir d’enfants 2013-2018 – Synthèse
Récits de pratiques en accompagnement - Rapport synthèse
, Avenir d'enfants, juillet 2018
Récits de pratiques en accompagnement - Version intégrale, Avenir d'enfants, février 2019
 

Notes

1. Cadre d’accompagnement des communautés et des organisations des Premières Nations au Québec, Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL), 2015